J'ai mis plus d'un an à élaborer les recettes, pour trouver les meilleurs fournisseurs, et peaufiner les détails pour obtenir des savons agréables, bénéfiques pour le peau et respectueux de l'environnement. 

Par saponification à froid : Le mélange d’huiles ou de beurres est très légèrement chauffé, uniquement pour faire fondre les beurres (karité et cacao) et l’huile de coco qui sont solides à température ambiante, et mettre à la même température que la soude (qui chauffe naturellement avec l'eau).

La soude est ajoutée en quantité précisément calculée aux huiles et beurres fondus. Nous mixons le tout, c'est le moment d'incorporer les ingrédient additionnels (miel, lait, argiles, graines, plantes ... ). On continue de mixer en attendant qu'apparaisse "la trace", c'est l'instant où le mélange a la bonne consistance, la bonne densité pour être coulé dans le moule. Le savon fini est riche en glycérine et en corps gras non saponifiés (surgraissage). Le surgraissage est le pourcentage de soude, défini par le savonnier, à réduire lors de l'élaboration de la recette. Plus le surgras du savon est élevé, plus le savon sera hydratant.

Une fois moulé, il faut attendre minimum 24h avant le démoulage. Puis, une fois découpés, les savons nécessitent un temps de cure (séchage) de quatre semaines minimum, avant d'être commercialisables.

Il n'y a rien de bien compliqué mais chaque étape est très importante. En effet, les dosages et manipulations sont très précis et la moindre négligence peut altérer la totalité du pain de savon.